ASSEMBLÉE DES ARMÉNIENS D’ARMÉNIE OCCIDENTALE: Point 4: Étude et avis sur le consentement préalable libre et éclairé

Merci, Monsieur le Président,

Madame la Présidente, puisque c’est la première fois que je prends la parole, permettez-moi de vous féliciter pour votre nomination !

Notre délégation de l’Arménie Occidentale voudrait comme traditionnellement remercier les instances du MEDPA, d’avoir accepté de nous accréditer pour notre participation. Nous sommes conscients de l’importance des sessions du MEDPA pour la défense des droits des Peuples Autochtones.

Le 17 décembre 2004, sur la base du droit international, des reconnaissances au préalable, des traités et sentence arbitrale en vigueur, le peuple arménien d’Arménie Occidentale et son Conseil National déclaraient la pleine souveraineté sur leur territoire de l’Arménie Occidentale.
Les Arméniens, autochtones, rescapés du génocide, souhaitaient ainsi affirmer leurs droits à l’autodétermination, dans l’application de leurs droits reconnus internationalement et, surtout, de leurs droits de décider dans quelles conditions se fera dorénavant l’exploitation des ressources naturelles sur leurs terres ancestrales et l’application de leur souveraineté.
Ces droits s’inscrivent pourtant dans un mémoire que la Turquie a remis le 25 juin 1920 au Conseil Suprême des Alliés, bien avant la signature du traité de paix signé à Sèvres, reconnaissant de jure un Etat arménien sur le territoire de l’Arménie Occidentale. Toutes ces pièces juridiques se trouvent à ce jour en possession des instances de l’ONU.

Néanmoins, en tant que peuples libres de déterminer leur avenir, le peuple arménien et les autres peuples autochtones en général doivent logiquement pouvoir participer à la prise de décision concernant leurs terres ancestrales. La Déclaration consacre à cet effet le droit des peuples autochtones au consentement préalable, libre et éclairé (CPLE). L’article 32(2) est particulièrement important en ce sens.

C’est pourquoi, la Turquie a une obligation non seulement morale mais aussi juridique et elle en est bien consciente, d’appliquer voire même graduellement en partenariat avec le Conseil National d’Arménie Occidentale, les droits en direction du peuple arménien d’Arménie Occidentale.

L’exploitation des ressources humaines, naturelles et génétiques, les transits énergétiques, l’appropriation illicite des biens nationaux, intellectuels et culturels, bref, tout ce qui correspond à l’existence d’une nation autochtone et de sa civilisation, n’a jamais fait l’objet d’un consentement libre, préalable et éclairé de la part de la dite nation. Il est donc grand temps et pourquoi pas dans le cadre de l’ONU de présenter et de défendre l’ensemble de ce dossier, nous restons à votre entière disposition.

Merci, Monsieur le Président, (3 min)

Arménag APRAHAMIAN
Président du Conseil National d’Arménie Occidentale
haybachdban@wanadoo.fr

Input your search keywords and press Enter.