WESTERN ARMENIA – Nous venons d’apprendre par le réseau média internet (panarmenian.net) que la capitale du Kurdistan Irakien insiste pour établir une représentation diplomatique de la République d’Arménie à Erbil.

Aussi, pour renforcer les relations bilatérales, le site en question diffuse une carte du Kurdistan débordant sur les frontières reconnues de l’Arménie Occidentale.

Plusieurs internautes choqués par ce procédé ont contacté la rédaction de WATV, c’est pourquoi nous avons sollicité Arménag Aprahamian Président du Conseil National d’Arménie Occidentale, pour avoir une expertise plus exacte de la situation.

Arménag Aprahamian – Avant d’aborder la question du Kurdistan, je voudrais revenir sur la méthode de l’information. Nous le savons tous, c’est un secret pour personne, de l’importance des médias y compris arméniens et de la propagande pour forger les esprits de nos compatriotes, voire même leur appréciation et parfois leur jugement.

Tout d’abord, la démarche qui consiste à diffuser une carte d’un « certain Kurdistan » au détriment de l’Arménie Occidentale dans des médias arméniens est logique quand on connait la raison qui donne cet effet.

C’est une raison politique, puisque tout le monde sait que l’Arménie Occidentale est un Etat reconnu par les grandes puissances, alors que le Kurdistan n’est reconnu par personne. Ceux-là même en République d’Arménie qui diffusent une carte d’un « certain Kurdistan » sur le territoire et au détriment de l’Arménie Occidentale ne défendent donc en rien les droits de l’Arménie Occidentale et des Arméniens d’Arménie Occidentale, mais défendent un Kurdistan qui en droit ne peut exister que par rapport à l’Arménie Occidentale et le traité de Sèvres (art.64).

Lors d’une conférence dans un centre culturel kurde, un intervenant kurde m’a posé une question, lorsque vous parlez de l’Arménie Occidentale, comment se fait-il que vous exposez les territoires du Kurdistan ?

J’ai répondu à cette personne en posant la question suivante :

  • Vous prétendez que ces territoires sont kurdes, alors expliquez-moi, ils sont kurdes d’une façon géographique, historique, juridique, politique, ou tout simplement démographique ?

L’intervenant kurde, me répondit : « Démographique »

J’ai donc complété ma réponse de la façon suivante :

Sur le plan démographique, vous omettez de dire que :

  • Sur ces territoires plus de deux millions d’Arméniens ont été génocidés. Que cette terre est imprégnée du sang de notre peuple.
  • Ensuite, des milliers d’Arméniens ont subis un processus de kurdisation et aujourd’hui, ils font partie intégrante de cette démographie que vous exposez.
  • Et pour finir, regardez sur le mur les photos de tous ces martyrs, il y a plus de photos de martyrs qui sont arméniens que de martyrs qui sont kurdes.

Combien d’Arméniens sont morts pour le Kurdistan et combien de Kurdes sont prêts à mourir pour l’Arménie Occidentale ?

Il n’est donc en rien tolérable voire même totalement immoral, qu’une propagande « arménienne », comme prime aux massacres suite à un plan d’extermination d’une population autochtone arménienne, voudrait faire croire par la diffusion d’une fausse carte que les territoires de l’Arménie Occidentale font partie d’un « certain Kurdistan ».

Maintenant, c’est l’occasion de rappeler que concernant le Kurdistan Irak, Adnan Mufti Président du Parlement du Kurdistan en janvier 2009 m’a sollicité afin que je prépare une étude pour définir le statut des populations arméniennes du Kurdistan Irak, j’ai donc réalisé le 23 février 2009 un mémorandum d’une vingtaine de page abordant et justifiant la question de l’autochtonie des Arméniens en Mésopotamie et non pas comme il est diffusé par les médias « arméniens » que les Arméniens représentent une minorité religieuse, ce qui est fondamentalement faux. J’ai été remercié pour ce travail par le Président du Parlement du Kurdistan Irak.

Sur cette base il a été octroyé aux Arméniens du Kurdistan Irak un fauteuil de député au Parlement du Kurdistan Irak et le premier à occuper ce poste a été Aram Shaheen, héros de la guerre de libération du Kurdistan.

Vouloir présenter les Arméniens d’Irak uniquement comme des réfugiés rescapés du génocide perpétré en Arménie Occidentale est une façon biaisée de présenter la réalité historique.

Les bases relationnelles entre l’Arménie (Occidentale ou Orientale) et le Kurdistan doivent se faire sur des fondements solides, historiques et réels, et non pas sur des questions uniquement économiques ou d’intérêt artificiel ou superficiel en fonction du moment.

C’est ce que j’ai voulu, pour les Kurdes et pour les Arméniens, pour le présent et pour l’avenir.

http://cabinet.gov.krd/a/d.aspx?l=13&s=01010200&r=26&a=27953&s=010000

Input your search keywords and press Enter.