Nous allons débuter une nouvelle émission, sur la façon dont la présidence de l’Arménie Occidentale fonctionne dans le cadre des conseils et des expertises qu’il sollicite pour construire une analyse politique avant toute décision. Aujourd’hui, pour la première, j’ai voulu inviter Monsieur Bassam Tahhan, député de l’Arménie Occidentale en second mandat et géo-politologue.

Nous allons, Monsieur Tahhan, aborder la question de la reconnaissance du Président Donald Trump de la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, dont le décret présidentiel a été signé ce jour, pourtant non reconnu par la communauté internationale.

Mais, avant d’entrée dans le vif du sujet, je voulais vous présenter une situation histoire. Le Golan a été libéré en Septembre 1918 par la Légion d’Orient et les forces britanniques. Suite au démembrement de l’empire ottoman et à la signature du traité de Sèvres en 1920, la Syrie passe sous le contrôle de la France, qui en constituant la Légion d’Orient en 1916 a permis la constitution d’une Légion arménienne et syrienne, noyaux des futures armées nationales, pour des Etats (Arménie, Syrie) en cours de constitution.

Le Traité de Sèvres reconnait l’indépendance de la Syrie, de la Mésopotamie et de la Palestine à la condition que des mandataires guident leurs administrations jusqu’au moment où elles seront capables de se conduire seuls.

Quand bien même si le Traité de Sèvres n’aurait pas été ratifié, il est clair que la France, la Grande-Bretagne, l’Italie et la Turquie ont appliqué sans attendre sa ratification l’article 94 et les articles concernant la section VII du présent traité…

Input your search keywords and press Enter.