Au cours de la Première Guerre mondiale, le premier armistice sur le front oriental entre l’Empire ottoman et la Russie a été signé à Erzindjan, en Arménie occidentale, le 18 décembre 1917. La Russie a reconnu les droits à l’autodétermination et à l’indépendance de l’Arménie turque (Occidentale) le 29 décembre 1917.

Le deuxième armistice de la Première Guerre mondiale a eu lieu le 30 octobre 1918 et nous commémorons également aujourd’hui cet anniversaire, qui a donné lieu à la préparation d’une conférence de paix tenue à Paris en février 1919, qui a abouti à la création et à la reconnaissance d’un État arménien sur le territoire de l’Arménie Occidentale au cours du premier semestre de 1920.

Le 27 septembre 1920, les troupes kémalistes réoccupent l’Arménie Occidentale, sans aucun égard pour les obligations et les traités signés.

Ainsi, le 29 octobre 1923, l’État le plus infâme de l’histoire, la République de Turquie, a été créé sur le sang du peuple arménien qui a été génocidé par trois gouvernements turcs successifs entre 1894 et 1923 et est devenu membre de la Société des Nations en 1932. Il n’existe aucune personne civilisée dans le monde qui ne sache pas sur quelles injustices et quels crimes graves cet État a été construit. Il convient de rappeler une fois de plus que la base principale de cet État est l’Arménie Occidentale occupée, le monde arménien d’une mer à l’autre, où des millions de ses enfants ont été victimes du génocide, et d’où des centaines de milliers d’Arméniens survivants ont été exilés. Aujourd’hui, la juste lutte du peuple arménien autochtone d’Arménie occidentale pour retourner dans sa patrie et faire respecter ses droits se poursuit, tandis que la Turquie continue de porter fièrement le titre de « république », en cachant les épreuves du passé. Aujourd’hui encore, il y a des États qui, fermant les yeux sur tous ces autres crimes commis par toutes les puissances turques, continuent à féliciter cet État artificiel. Néanmoins, ils chuchotent qu’un pays construit sur une mer de sang de millions de personnes sera tôt ou tard voué au procès.

L’Arménie Occidentale exprime une nouvelle fois sa condamnation de l’établissement de la République de Turquie sur la base du génocide du peuple arménien en Arménie Occidentale  et de son occupation territoriale, contrairement à d’autres pays qui se félicitent de cet événement.

L’Arménie Occidentale demande, avant tout, le juste rétablissement de tous ses droits pour tous les crimes commis.

L’Arménie Occidentale condamne également toutes les institutions qui prétendent chercher à obtenir la reconnaissance internationale du génocide des Arméniens, mais ne demandent pas les droits du peuple arménien à des réparations et à mettre fin à l’occupation de l’Arménie Occidentale sur la base du droit international. La méthode consistant à demander la reconnaissance d’un génocide sans aucune conséquence réparatrice, comme la résolution du Parlement européen de juin 1987, qui alimente la jurisprudence du crime et donc la poursuite du génocide.