Le village frontalier de Karzakh, dans le Djavakhk, a une faible population. Il y a 220 familles – environ 1000 résidents dans le village. Le village possède une école, un jardin d’enfants et la maison-musée Ashug Jivani. Il n’y a pas de gaz naturel, ni d’eau potable ou d’irrigation. Les jeunes quittent le village dès que possible et s’installent soit à Erevan, soit en Russie. Karzakh est à 35 km d’Akhalkalak.  Le village se consacre principalement à l’élevage de bovins.En 2015, parallèlement à la construction de la voie ferrée Bakou-Tbilissi-Kars, la route Akhalkalak-Karzakh a également été réhabilitée. Avant l’ouverture de la délimitation avec l’Arménie Occidentale occupée par la Turquie, la population arménienne craignait pour sa sécurité, mais après son ouverture, la vie s’est déroulée normalement, sans incidents graves. Le poste de douane de Karzakh est traversé par des poids lourds en transit vers l’Arménie, la Russie ou d’autres pays, ainsi que par diverses cargaisons arrivant en Géorgie depuis ce point.