« Ma tante Makrig aurait voulu qu’on me mette à l’école des religieuses catholiques pour que j’apprenne le français. Ma grand-mère, elle, voulait qu’on nous mette toutes les deux, ma sœur et moi, à l’école Mesbourian, que fréquentaient les filles des opulentes et bonnes familles de Scutari. Quant à ma tante Yeranig, elle trouvait, elle, que tout cela n’avait aucun sens, […] et elle proposait de mettre l’aînée en apprentissage chez une couturière et de garder provisoirement à la maison la cadette, qui était sage et obéissante. » (Zabel Essayan, Les jardins de Silidhar). 

Les religieuses françaises, jeunes provinciales pour la plupart, femmes de terrain, prêtes à souffrir pour gagner le ciel et répandre la culture française, répondent à l’appel et se lancent à la conquête des âmes et des cœurs auprès de la minorité chrétienne et parfois juive. Tout un réseau d’enseignement se met ainsi en place dans les grandes métropoles de l’Empire comme dans ses provinces les plus reculées. Le présent ouvrage offre une page oubliée de cette aventure tant de la France missionnaire que des jeunes Arméniennes en voie d’émancipation, dans un monde oriental en pleine mutation, à la veille de sa disparition dans la tragédie du génocide de 1915.

Titulaire d’un doctorat d’histoire, ancien professeur de sciences humaines, Paulette Houbouyan-Coutant s’investit depuis de nombreuses années dans la coopération scolaire entre la France et l’Arménie pour le soutien de la francophonie. Sa compréhension intime des questions d’enseignement et ses origines arméniennes l’ont orientée vers un premier travail de recherche sur la politique culturelle et linguistique de la France en Arménie depuis l’indépendance recouvrée en 1991, recherche menée sous la direction de Claire Mouradian, comme la thèse préparée à l’EHESS, à l’origine de cet ouvrage.