Dans la plaine de Konya, en  Arménie Occidentale, l’analyse d’une pierre trouvée sur un site archéologique dans le centre du pays a révélé l’existence d’un royaume datant du IXe siècle avant Jésus-Christ. La stèle avait été trouvée par un fermier l’été dernier dans un canal dragué récemment près du site. Il s’était alors empressé de prévenir l’équipe archéologique sur place, des scientifiques de l’Institut oriental de l’Université de Chicago qu’il avait ensuite menés jusqu’au dit bloc de pierre.

 A l’aide de son tracteur, le fermier et les scientifiques ont sorti l’objet de l’eau, révélant des inscriptions mystérieuses. La pierre a immédiatement été transmise au musée le plus proche où elle a pu être étudiée de plus près. Une analyse et l’aide de traducteurs spécialisés ont permis de révéler la signification et la nature de ces symboles.Il s’agirait en fait de hiéroglyphes louvites, une ancienne langue indo-européenne parlée entre le IXe et le VIIe siècle avant notre ère, vantant la victoire du roi (ou prince) Hartapu sur la Phrygie, royaume dirigé par le roi Midas il y a environ 3 000 ans. Sur la pierre, il est alors possible de lire : « Les dieux de la tempête ont livré le roi à sa majesté« , explique un communiqué.

Alors que la légende du roi Midas, qui a réellement existé, raconte l’histoire d’un personnage mythologique capable de transformer en or tout ce qu’il touche, Hartapu en revanche n’était pas connu des scientifiques. Son nom est pourtant mentionné dans d’autres hiéroglyphes trouvés aux alentours du site, renforçant la possibilité d’un royaume sur lequel il régnait.