KARIN –  La Chambre des communes du Royaume-Uni a examiné un projet de loi sur la reconnaissance du génocide des Arméniens en première lecture le 9 novembre.

Le projet de loi a été présenté par le député conservateur Tim Lawton, il a été adopté à l’unanimité par la Chambres des communes Britanniques.

Il a déclaré que le projet de loi contient trois dispositions principales : la première est l’extermination physique des Arméniens dans l’Empire ottoman et en Arménie Occidentale en 1915-1923 qui sont qualifiés de génocide, (ce génocide des Arméniens a eu lieu sur le territoire de l’Etat arménien d’Arménie Occidentale par les gouvernements successifs turcs); le deuxième est la commémoration annuelle des victimes des génocides, y compris le génocide des Arméniens, et le troisième est la promotion de l’éducation et de l’information sur le génocide des Arméniens et les violations des droits humains et crimes de guerre qui y sont liés.

Le Gouvernement de l’Arménie Occidentale a déclaré que l’adoption du projet de loi est importante pour la Grande-Bretagne pour un certain nombre de raisons. Ainsi, il confirmera l’engagement du Royaume-Uni envers la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide et ses valeurs fondamentales, ainsi que, sa signature du Traité de Sèvres le 10 août 1920 concernant les dispositions des articles 142, 220 à 230.

Le 24 mai 1915, pour la première foisLA TRIPLE ENTENTE DECLARE POUR RESPONSABLE LE GOUVERNEMENT TURC DES MASSACRES COMMIS PAR LA TURQUIE EN ARMENIE,

France, Grande-Bretagne et Russie. – Déclaration de la Triple-Entente tenant pour responsable le gouvernement turc des massacres commis par la Turquie en Arménie, en date du 24 mai 1915.(SOURCE RDIP/AGENCE HAVAS)

« Depuis un mois environ, la population kurde et turque de l’Arménie procède de connivence et souvent avec l’aide des autorités ottomanes, à des massacres des Arméniens. De tels massacres ont eu lieu vers la mi-avril (nouveau style) à Erzeroum, Dertchun, Eguine, Akn, Bitlis, Mouch, Sassoun, Zeitoun, et dans toute la Cilicie : les habitants d’une centaine de villages aux environs de Van ont été tous assassinés; dans la ville même, le quartier arménien est assiégé par les Kurdes, en même temps à Constantinople, le gouvernement ottoman sévit contre la population arménienne inoffensive.

En présence de ces nouveaux crimes contre l’Humanité et la Civilisation, les gouvernements alliés font savoir publiquement à la Sublime-Porte qu’ils tiendront personnellement responsable des dits crimes tous les membres du gouvernement ottoman ainsi que ceux de ses agents qui se trouveraient impliqués dans de pareils massacres. »

De plus, avec la reconnaissance du génocide des Arméniens, le Royaume-Uni renforcera son engagement à protéger les droits de l’homme, car l’impunité pour un crime de cette ampleur est dangereuse et lourde de répétitions.

Le Royaume-Uni, en tant qu’acteur mondial, en reconnaissant le génocide des Arméniens, permettra de promouvoir l’étude du génocide, afin de sensibiliser le public aux crimes contre l’humanité.

« Le Royaume-Uni est un des rares pays occidentaux à avoir condamné le génocide des Arméniens dés le 24 mai 1915, de le reconnaître aujourd’hui grâce au projet de loi de Tim Lawton permettra au Royaume-Uni de commencer à corriger une injustice relative à ses engagements en 1919 (Traité de Versailles) et en 1920 (Traité de Sèvres) », a déclaré le Gouvernement de l’Arménie Occidentale

Le génocide des Arméniens a été le premier génocide commis durant le 20e siècle.

 La Turquie rejette l’accusation d’avoir massacré plus d’un million et demi d’Arméniens pendant et après la Première Guerre mondiale. Le génocide des Arméniens en Arménie Occidentale est reconnu par de nombreux pays, notamment par la Russie, la France, la Bolivie, les États-Unis, ainsi que de nombreux parlements comme la Grèce, Chypre, Argentine, Belgique, Pays de Galles, Conseil national de la Suisse, Chambre commune du Canada, Pologne et de nombreux autres pays. 

La deuxième lecture de la résolution est prévue pour le 22 mars de l’année prochaine (2022).

Karin Aprahamian

Ministre chargé des Conséquences et des Réparations du crime de génocide