Selon le site web Lragir, un groupe de femmes de l’Artsakh a rencontré le commandant des forces de maintien de la paix de la Fédération de Russie, le lieutenant-général Gennady Anashkin, afin d’exprimer leur inquiétude quant aux crimes impunis perpétrés récemment par l’Azerbaïdjan. Elles ont affirmé la nécessité de revoir les mécanismes de sécurité existants. L’appel énumère les crimes commis par Bakou contre les forces de maintien de la paix et les circonstances des pertes humaines. La dernière en date est un incident sanglant survenu le 9 novembre. Comme le note le site web, ils ont déjà abordé le sujet de la présence des troupes russes en Artsakh. Selon le site, les soldats de la paix sont en Artsakh dans le cadre de l’accord arméno-turc. La sécurité n’est pas une question de soldats de la paix, mais de garanties politiques sous la forme d’un statut et d’une reconnaissance internationale. L’Artsakh n’est pas redevable à la Russie, au contraire, la Russie va payer très cher tout ce qu’elle a fait contre l’Artsakh depuis 1813.