16 novembre 2021 à 13:00.Les dirigeants militaro-politiques de la République d’Azerbaïdjan, en violation flagrante des exigences du paragraphe 4 de l’article 2 de la Charte des Nations unies, des paragraphes « a », « b » et « c » de la résolution de la XXIXe session de l’Assemblée générale des Nations unies, de l’article 8-bis du Statut de Rome de la Cour pénale internationale du 17 juin 1998, en utilisant des moyens et méthodes de guerre interdits, motivés par la haine nationale, en utilisant des forces armées, en utilisant de l’artillerie, des véhicules blindés et des armes légères de différents calibres…, Ils ont porté atteinte à l’intégrité territoriale de la République d’Arménie en déclenchant une guerre agressive et en commettant un acte d’agression.

Les forces armées azerbaïdjanaises, qui ont mené une guerre agressive, visaient à obtenir une priorité militaire, violant ainsi grossièrement les normes des Conventions de Genève « sur la protection des victimes des conflits armés internationaux ». Une affaire pénale a été ouverte au Bureau du Procureur militaire central d’Arménie en vertu d’un certain nombre d’articles du Code pénal de la République d’Arménie.

L’Arménie Occidentale condamne fermement l’acte criminel de l’Azerbaïdjan et appelle le monde civilisé à évaluer sobrement la situation actuelle, et le peuple arménien tout entier à s’unir et à lutter ensemble pour la justice.