Il est arrivé en Arménie alors que la lutte pour la libération de l’Artsakh avait déjà commencé. Après sa libération de prison en 1991, Monte est venu à Erevan, où il a travaillé pendant sept mois à l’Académie des sciences pour écrire et publier un livre intitulé L’Arménie et ses voisins . Il y prend le pseudonyme d’Avo et part pour l’Artsakh en septembre 1991. Après plusieurs combats acharnés, en janvier 1992, Monte a été nommé commandant des forces d’autodéfense du district de Martouni, ce dernier étant le district le plus protégé et le plus efficace. En mars-avril 1993, sous sa direction, Karvachar et le col d’Omar ont été libérés. « Si nous perdons l’Artsakh, nous tournerons la dernière page de l’histoire arménienne », les mots de Monte ont tiré la sonnette d’alarme sur la ligne de front, pour toute la nation arménienne. Il a joué un rôle indispensable dans l’idée d’organiser d’abord des forces d’autodéfense arméniennes, puis de créer une armée régulière.

Laisser un commentaire