La branche de Fresno de la California State University a publié un recueil de trois nouvelles en anglais du célèbre écrivain arménien Zabel Yesayan, originaire d’Arménie Occidentale. Le recueil comprend trois récits peu connus de Yesayan : « Le voile » et « Assez » écrits à Constantinople en 1911, et « Meliha Nuri Khanim » écrit à Paris en 1928. Selon le site web, ces œuvres ont un point commun : elles concernent des femmes arméniennes et turques qui luttent contre des normes sociales, politiques et culturelles injustes. L’œuvre de Yesayan éclaire la société turque et les relations turco-arméniennes pendant une période cruciale de l’Empire ottoman, marquée par des guerres, des défaites, des pertes territoriales et le génocide du peuple arménien.

Zabel Yesayan est né en 1878 à Constantinople. Elle était impliquée dans des activités littéraires et sociales. L’écrivain s’est rendu en Cilicie en 1909 dans le cadre d’une délégation internationale formée après le massacre des Arméniens à Adana.

Yesayan était la seule femme sur la liste des intellectuels que le gouvernement Jeune Turc prévoyait d’arrêter le 24 avril 1915. Mais elle a réussi à éviter l’emprisonnement et à se rendre en Europe.