L’accord sur la réouverture du chemin de fer a été confirmé lors d’une réunion trilatérale entre le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan, le président du Conseil européen Charles Michel et le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev. C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre Pashinyan à l’issue de la réunion à Bruxelles.

« Lors de la réunion trilatérale avec le président du Conseil de l’UE, Charles Michel, et le président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev, nous avons confirmé l’accord avec le président azerbaïdjanais sur la réouverture du chemin de fer, qui fonctionnera conformément aux réglementations frontalières et douanières internationalement reconnues, sur une base réciproque, sous la souveraineté et la juridiction des pays.

L’Arménie aura un accès ferroviaire à la République islamique d’Iran et à la Fédération de Russie. Nous avons convenu de poursuivre la communication », a noté M. Pashinyan.

La réaction du Président Arménag Aprahamian a été immédiate, il a écrit :

“Réaffirmer l’accord de redémarrage du chemin de fer lors de la réunion trilatérale, cela signifie que l’Arménie aura accès à l’Iran, et la Russie par le Nakhitchevan.

En conséquence, le chemin de fer fonctionnera conformément aux règles frontalières et douanières internationalement acceptées, sur une base de réciprocité, sous la souveraineté et la juridiction des pays.

Après la guerre d’Artsakh, pour la République d’Arménie, le Nakhitchevan deviendra de jure, c’est-à-dire non plus de facto, officiellement une partie indissociable de l’Azerbaïdjan.

Comme déjà mentionné, le Gouvernement de la République d’Arménie Occidentale rejette tout accord qui favorise la division de son territoire.”