Citoyen français à Alep et fondateur de l’ONG humanitaire WeAreSuperHeroes, créée pour aider les civils lors des conflits armés, Pierre Le Corf subit l’ire des médias occidentaux, en plus des bombardements.

L’un des rarissimes Européens à gérer une mission humanitaire à Alep en Syrie, Pierre Le Corf, est forcé bien malgré lui de répondre aux attaques de la part de certains journalistes occidentaux. En cause, des accusations proférées par Camille de Rouvray, écrivaine et enseignante de Français langue étrangère, qui a mis en cause le statut humanitaire de Pierre Le Corf, le qualifiant de propagandiste de Damas. Seul Français vivant à Alep-Ouest depuis des mois, il n’a pourtant pas tardé à répondre de manière claire et détaillée à cette publication « honteuse » et « diffamatoire » de la part de « ceux qui défendent la continuité de cette guerre ».
« Il semblerait que ma présence en Syrie dérange certaines personnes qui veulent essayer de me faire taire. (…) L’objectif est de marginaliser mon travail, en disant que je ne suis pas un humanitaire neutre, que je suis de la propagande d’el-Assad. (…) Et que les témoignages que je publie sont modifiés, et les photos que je publie d’ici sont des photomontages », a déploré le chef de la mission humanitaire, soulignant encore une fois pour toutes sa neutralité. En outre, Pierre Le Corf ne cesse de mettre en valeur ses prises de position pacifistes, malgré les critiques de la part des représentants des médias européens pour son soutien inexistant à l’égard du gouvernement syrien. Selon lui, il « prend position contre les terroristes, ayant cette expérience » sur place et recueille d’authentiques témoignages des gens « qui meurent par le terrorisme ». De ce fait, Pierre Le Corf répète qu’il agit aussi en qualité de témoin oculaire, notamment des bombardements venus d’Alep-Est, et que son rôle s’arrête là non pas pour influencer les gens hors de la zone du conflit, mais pour les sensibiliser et présenter les faits tels qu’ils sont. Aujourd’hui, plus de la moitié d’Alep-Est a été libérée des djihadistes. Espérons, que ces témoignages depuis Alep mettront fin à la publication d’articles diffamatoires sur des missions humanitaires dans la zone du conflit.

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/actualite/201612041029008130-humanitaire-bombardements-guerre-terroristes-temoignages/