L’Azerbaïdjan a confirmé l’information concernant environ 50 captifs arméniens. Des informations non officielles font état de 80 autres personnes. Cette déclaration a été faite par le militant des droits de l’homme Siranush Sahakyan, représentant des droits de l’homme de la République d’Arménie à la CEDH, lors d’une conversation avec des journalistes. 

Selon elle, le processus de retour des captifs arméniens sera continu tant qu’il y aura des captifs confirmés. Se référant aux processus juridiques liés aux personnes retournées de captivité, Sahakyan a déclaré que le fait d’en parler en public est tout simplement inadmissible.

« D’un point de vue juridique et moral, je pense qu’il n’y a aucune base pour cela. Leur état ne justifie pas la détention, d’autant plus qu’il n’y a aucun risque de pression sur l’enquête ou de tentative de dissimulation. « S’ils voulaient se cacher, ils n’auraient qu’à s’adresser à des pays tiers », a déclaré M. Sahakyan.

Il convient de rappeler que 10 autres militaires ont été remis à l’Arménie le 19 décembre grâce à la médiation de l’Union européenne. Ils avaient été faits prisonniers le 16 novembre.