Depuis des millénaires, la majorité des Arméniens a vécu en Arménie Occidentale en tant que
population autochtone de la région, où elle a fondé un Etat stable et prospère et créé des valeurs
culturelles de premier ordre.
Le peuple arménien autochtone1 en Arménie Occidentale2, c’est-à-dire des 6 provinces arméniennes
(Bitlis, Trébizonde, Wan, Erzerum, Kharpert, Diyarbekir) historiquement nommées « Arménie, puis
Arménie turque et maintenant Arménie Occidentale », et de Cilicie, a fait l’objet d’un plan d’extermination
qui a fait près de 2 millions de victimes.
Perpétrés par les gouvernements successifs turcs, les Arméniens ont subi des persécutions permanentes,
des massacres, des déportations, des conversions forcées et systématiques à partir de 1894 qui ont
culminé lors du génocide de 1915 à 1923.
Les Arméniens d’Arménie Occidentale, rescapés du Génocide, ont été déracinés de leur patrie ancestrale,
et dispersés à travers le monde. Aujourd’hui les Arméniens d’Arménie Occidentale pour la grande majorité
d’entres-eux sont de citoyenneté des Etats dans lesquels ils vivent.
Pendant la Première Guerre Mondiale, les forces russes ont libéré l’Arménie Occidentale, mais après la
Révolution d’Octobre 1917, les forces kémalistes turques l’ont réoccupée après que la Russie, battant en
retraite, ait reconnu par décret du 29 décembre 1917, le droit à l’autodétermination des Arméniens de
l’Arménie Turque (Arménie Occidentale) jusqu’à leur indépendance.
En Cilicie, l’accord Sykes-Picot, signé les 9 et 16 mai 1916, octroya à la France le mandat de protectorat
pour l’autonomie des provinces arméniennes de Dikranagert (Dyarbékir), de Kharpet et d’Adana en accord
avec les représentants de la Délégation Nationale Arménienne permettant la création de la Légion
d’Orient puis de la Légion Arménienne.

 

DOWNLOAD FULL PDF

ARMENIE OCCIDENTALE