L’Institut de biologie moléculaire de l’Académie nationale des sciences d’Arménie a procédé à une analyse comparative des échantillons d’ADN les plus anciens et modernes des hauts plateaux arméniens et des Balkans.

 C’est ce que rapporte le service d’information et d’analyse de l’Académie nationale des sciences d’Arménie. 

Cette analyse a montré que les Arméniens diffèrent de la population ancienne et moderne des Balkans, démentant ainsi la « version balkanique », qui est considérée comme l’une des théories dominantes d’Hérodote dans l’historiographie sur l’origine du peuple arménien. 

Les recherches visent à rétablir la continuité génétique de la population des hauts plateaux arméniens, à cartographier le gène arménien et sont menées en coopération avec les universités de Cambridge, Copenhague, Tartu, ainsi qu’avec l’Académie des sciences de Russie. Les informations prouvant l’origine autochtone des Arméniens des hauts plateaux arméniens constituent une source précieuse pour les chercheurs arméniens qui s’intéressent aux questions de l’ethnogenèse des Arméniens, de l’origine et du développement de la culture et de la langue arméniennes.