IRIB- La Turquie joue à l’intermédiaire, pour transférer le pétrole syrien vers l’Europe de l’Est, grâce aux canaux, dont elle dispose, et aux relations proches qu’elle entretient avec les terroristes de Daech.

La Turquie voit dans le pétrole syrien un butin de guerre, et elle favorise le transfert illicite du pétrole syrien, volé par les terroristes, vers l’Europe de l’Est, grâce à ses canaux de connexion et à ses liens très proches avec Daech. Il n’est plus facile de dissimuler la ligne pétrolière «Daech-Ankara», car Daech voit dans la Turquie un grand soutien et un territoire sûr, et il a établi avec Ankara des relations assurant ses intérêts, des relations, ponctuées par la vente illicite du pétrole et les facilités frontalières. Les relations entre Ankara et Daech n’avaient jamais revêtu autant d’importance, et cette réalité choquante se limitait, jusqu’ici, à certaines allusions, mentionnées dans les analyses et les articles. A titre d’exemple, tout le monde savait, dès le début, que la Turquie et Daech partageaient deux ennemis communs : Bachar al-Assad et les Kurdes !
D’autre part, les relations économiques qu’entretiennent les Turcs et les terroristes de Daech n’avaient jamais été aussi manifestes. Cette réalité, bien qu’elle ait toujours, existé, restait ambiguë, d’une manière ou d’une autre, mais, maintenant, les documents et les preuves montrent que la Turquie est, réellement, chargée de vendre le pétrole que Daech vole aux Syriens. Les relations économiques qu’entretiennent la Turquie et les terroristes se résument en une simple phrase : Daech fournit du pétrole aux Turcs, et eux, ils l’alimentent, en fonds et en armements, et, pire encore, ils lui ouvrent leurs frontières. Un élément de Daech a confié au quotidien « Al-Akhbar » que son groupe vendait, régulièrement, du pétrole à la Turquie et que ce sont les éléments de nationalité qatarie qui ont en main le dossier des revenus pétroliers de Daech, car les Turcs ont une grande confiance en eux. Il n’est pas très facile de fournir un chiffre exact de la quantité de pétrole qu’extrait et exporte Daech, après avoir occupé plus de 60% des gisements pétroliers de la Syrie, mais on peut, pourtant, dire que 380.000 barils de brut étaient extraits, quotidiennement, par Daech, à la fin de 2010. A présent, Daech extrait entre 25 et 30.000 barils de brut, par jour, à partir des champs pétroliers de Deir ez-Zor, ce qui lui promet une production mensuelle allant de 750.000 à 900.000 barils, sans oublier le pétrole qu’il produit, à Raqqa, à Chadadi et dans les autres régions syriennes. La route principale qu’utilise Daech, pour transférer le pétrole qu’il vole aux Syriens, passe par les villages de Hassaka, de Deir ez-Zor, de Raqqa et d’Alep, traversant la banlieue-Nord d’Alep et menant, jusqu’aux frontières de la Turquie. Des milliers de convois de transfert du pétrole empruntent, depuis plus d’un an, ce trajet, sans qu’ils ne soient jamais pris pour cible par les avions de la Coalition internationale anti-Daech, dirigée par les Etats-Unis.

 

http://francophone.sahartv.ir/infos/commentaire-i11416-daech_et_sa_contrebande_de_p%C3%A9trole_ankara_joue_%C3%A0_l%E2%80%99interm%C3%A9diaire