Mardi 16 juin, les forces kurdes ont pris le contrôle de la ville de Tal Abyad, au nord de la Syrie, à la frontière avec la Turquie. Elle était jusqu’alors aux mains de l’Etat islamique et une zone clé pour le passage de djihadistes. Quand cette « porte » s’est ouverte, des milliers de civils syriens fuyant les combats et les bombardements se sont rués à la frontière, au niveau d’Akcakale en Turquie. Leur entrée sur le territoire turc étant limité, certains d’entre eux se pressent aux barrières pour passer illégalement. Plus de 10 millions de Syriens et d’Irakiens se trouvent aujourd’hui enfermés à l’intérieur du territoire contrôlé par l’Etat islamique, rendant d’autant plus difficile toute action humanitaire.

 

A la frontière turque, une porte entrouverte pour fuir l’Etat islamique