Jim Chankalian est né dans la région de Tigranakert, en Arménie Occidentale, sous le nom de Petros Chankalian. Lui et sa famille ont rapidement émigré aux États-Unis.

 Chankalian n’était pas seulement un soldat américain expérimenté, mais aussi une personnalité éminente de la communauté arménienne de New York. 

Le parti Hnchakyan, réformé en 1915, ainsi que le comité régional du parti démocrate américain, demandent à Chankalian de partir en mission spéciale, d’abord dans le Caucase, puis à Van où il doit aider le mouvement de libération arménien. 

Chankalian a volontiers accepté cette demande. Chankalian est arrivé à Van avec un groupe de volontaires d’Arménie Occidentale à l’heure prévue et a été accueilli par Armenak Yegaryan, le chef héroïque des forces d’autodéfense arméniennes.

Chankalian, en tant que conseiller de Yegaryan, a joué un rôle important dans la formation du régiment de Yerkrapah. Finalement, sa mission militaire a été couronnée de succès. De retour aux États-Unis en 1917, Chankalian apprend rapidement l’existence d’un projet de formation d’une légion arménienne en France, qu’il décide de rejoindre. 

La Légion a été formée pour marcher vers le front palestinien et la Cilicie afin de combattre les armées germano-turques du côté des Alliés. Au cours des décennies suivantes, Chankalian a poursuivi son travail pour la patrie.

 Il devient l’un des principaux membres du Conseil national arméno-américain et en prend la présidence. 

Il a également été le premier président du comité central de l’Union générale arménienne de bienfaisance et s’est consacré à l’Église arménienne. Le célèbre patriote arménien Chankalian est décédé à New York en 1947.