Mesdames et messieurs !

Le gouvernement d’Arménie Occidentale fait le bilan de ses activités en 2021 et établit un point de référence pour son travail en 2022. L’année 2021 a été une année très difficile pour tous les Arméniens. Le gouvernement d’Arménie Occidentale, comme nous le savons maintenant, est la continuation de l’État d’Arménie reconnu en 1920, qui a obtenu son indépendance de la Russie le 11 janvier 1918 (29 décembre 1917), lorsque Shahumyan et Alazan ont fait appel à Lénine. L’Arménie de facto a été reconnue le 19 janvier 1920, de jure le 11 mai 1920.

 L’État d’Arménie Occidentale a débuté sa formation le 11 janvier 1918 (29 décembre 1917), et parallèlement à la libération de la Cilicie, il a obtenu sa reconnaissance officielle le 19 janvier 1920, il a été créé également par les efforts de Poghos Nubar Pacha suite à la formation du gouvernement de l’Arménie intégrale, le 15 mai 1919. 

L’Artsakh, le Nakhitchevan, le Djavakhk, Cilicie, l’actuelle République d’Arménie, la Cilicie et l’Arménie Occidentale faisaient partie de l’État d’Arménie.

 Le 10 août 1920, le sultanat de Turquie et les États de Grande-Bretagne, de France, d’Italie, du Japon, de Belgique, de Grèce, de Pologne, du Portugal, de Roumanie, de Tchécoslovaquie et d’Arménie ont signé le traité de Sèvres. Le traité international a également été ratifié. 

Un traité additionnel a également été signé au nom de l’Arménie avec les États alliés sur les droits des minorités nationales, les relations diplomatiques et commerciales sur la base de l’article 93 du traité de Sèvres. En termes de droit international, la République d’Arménie, en tant que partie de jure au traité, est reconnue par tous les autres États signataires. Selon le traité de Sèvres, la Turquie se retrouve avec Constantinople et ses environs.

Sans entrer dans les détails du traité, nous notons seulement que la section sur l’Arménie comprend entre autres les articles 88 à 93. La Turquie reconnaît l’Arménie comme un État souverain, libre et indépendant. L’Arménie turque accepte de laisser aux États-Unis le soin de délimiter la frontière entre les deux pays. Les frontières de l’Arménie avec la Géorgie et l’Azerbaïdjan seront déterminées par des négociations directes avec ces pays sur la base de l’article 92 du traité de Sèvres.

En avril 1920, le Conseil suprême des puissances alliées, représentant la Grande-Bretagne, la France, l’Italie et le Japon, décide de faire deux demandes au 28e président des États-Unis, Woodrow Wilson :

-Accepter le mandat de protectorat sur l’Arménie,

-Déterminer la frontière entre l’Arménie et la Turquie par arbitrage.

La deuxième demande a été officiellement confirmée par une lettre du 27 avril 1920 du président du Conseil Suprême des Alliées, du premier ministre français et du ministre des affaires étrangères Miller. Une deuxième demande sous la forme de l’article 89 a été incluse dans le traité de Sèvres – déjà au nom de l’Arménie, de la Turquie et aussi de près de vingt pays signataires – adressée au président des États-Unis, qui a rendu la sentence arbitrale. La sentence arbitrale est définitive et doit être exécutée. Il n’a pas de limite de temps et son statut n’est pas affecté par le sort du verdict.

Permettez-moi maintenant d’aborder le travail effectué par le gouvernement d’Arménie Occidentale en 2021. Le gouvernement de la République d’Arménie Occidentale, qui, comme nous l’avons déjà mentionné, est l’État continuateur de l’État d’Arménie de 1920, a retrouvé son autorité en 2004 avec la création du Conseil National des Arméniens d’Arménie Occidentale (Chouchi). À ce jour, le gouvernement d’Arménie Occidentale a réussi à mettre en place des institutions étatiques et à établir une boucle de rétroaction avec les Arméniens dispersés dans le monde entier. L’Arménie Occidentale possède sa propre télévision d’État qui compte plus de dix mille téléspectateurs.

En novembre 2021, la Radio Arménie Occidentale a été lancée, qui sera disponible 24 heures sur 24 pour nos compatriotes turcophones, leur faisant découvrir la culture arménienne et les ramenant à leurs racines. Le gouvernement de l’Arménie Occidentale est bien conscient que nos enfants, qui ont survécu au génocide commis contre les Arméniens par les Turcs aux XIXe et XXe siècles, se sont convertis à une autre foi, ont perdu leur langue maternelle, leurs racines et ont caché leur identité. 

Le gouvernement d’Arménie Occidentale s’efforce d’unir les Arméniens du monde entier. Par exemple, les députés de l’Assemblée nationale (Parlement) d’Arménie occidentale représentent les Arméniens vivant sur tous les continents. Conscient de sa responsabilité à l’égard de ses propres territoires, le gouvernement d’Arménie Occidentale a adopté un certain nombre de lois essentielles en 2021 :

-Reconnaissance de l’autonomie de l’Artsakh,

-Relation entre la République d’Arménie Occidentale et la République d’Arménie,

-Reconnaissance du Nakhitchevan comme partie de l’Arménie Occidentale.

En 2021, nous avons beaucoup travaillé sur l’internationalisation des territoires de l’Artsakh occupés par l’Azerbaïdjan après la guerre de 44 jours. Nous clôturons l’année avec satisfaction alors que nous planifions nos activités pour 2022. Nous sommes également guidés par les transformations politiques internationales dans son actualité. L’Etat d’Arménie, comme aux 19e et 20e siècles, reste à l’ordre du jour de la grande politique, en particulier à l’ordre du jour de la Turquie, qui tente depuis plus d’un siècle de cacher son illégitimité, à commencer par les violations du traité de Sèvres. L’année dernière, le président turc a commencé à faire des déclarations ouvertement anti-arméniennes. Du report de l’agenda des protocoles arméno-turcs aux guerres de l’Artsakh aujourd’hui, la Turquie impose des conditions préalables :

-Renonciation écrite à l’Arménie Occidentale,

-Reconnaissance de la frontière arméno-turque,

-Déni des revendications de génocide,

-Le rejet de l’Artsakh,

-Ouverture du corridor de Meghri.
Le sort du Moyen-Orient et de la nouvelle carte politique du monde est conditionné par l’existence de l’État d’Arménie Occidentale, qui est actuellement occupé par la Turquie. Le gouvernement d’Arménie Occidentale concentrera ses activités en 2022 sur les questions de la désoccupation des territoires, de l’unification des terres et de la protection des droits de ses citoyens. Nous utiliserons donc toutes les occasions pour parler des droits de l’Arménie Occidentale et de ses citoyens. 

2022 est une année très importante et nous devons utiliser tout notre potentiel. Donc, pour protéger les droits de l’Arménie Occidentale, pour désoccuper et démilitariser nos territoires, nos fils qui sont morts dans les deux guerres de l’Artsakh l’exigent. Mes amis, aujourd’hui, c’est Noël et je voudrais tous vous féliciter au nom du gouvernement d’Arménie Occidentale, en particulier tous les pays qui ont reconnu l’Arménie : la Russie, le Royaume-Uni, la France, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, l’Inde. Pakistan, Bangladesh, Italie, Japon, Belgique, Grèce, Pologne, Portugal, Roumanie, République tchèque, Slovaquie, Serbie, Croatie, Slovénie, Herzégovine, Macédoine, Monténégro, Émirats arabes unis.