Le fait que l’Azerbaïdjan ait développé une politique d’hostilité après la guerre est attesté par de nouvelles formes de torture contre les captifs arméniens. L’ombudsman de la République d’Arménie, Arman Tatoyan, a écrit à ce sujet sur sa page Facebook.

«Par exemple, des militaires azéris ont exigé qu’un soldat arménien renonce au christianisme et se convertisse à l’islam, c’est-à-dire qu’il change de religion. Lorsque le soldat arménien a refusé de se conformer à la demande, sa jambe a été brûlée, sévèrement battue et moquée. Celui qui avait la croix était soit pris, soit détruit. Lorsque nos captifs ont exigé le retour des croix, ils ont été sévèrement battus et ridiculisés.

« Je fais cette publication pour que nous et la communauté internationale soyons conscients de la situation réelle et des violations des droits qui ont lieu », a-t-il écrit