Depuis la déclaration trilatérale du 9 novembre 2020 jusqu’au 1 janvier 2022, les forces armées azerbaïdjanaises près des lieux d’habitation arménienne ont commis 69 crimes contre les Arméniens de l’Artsakh, dans le cadre desquels 54 affaires pénales ont été ouvertes. C’est ce que rapporte le bureau du procureur de la République d’Artsakh.

Les données montrent qu’après la déclaration trilatérale, l’Azerbaïdjan viole régulièrement le « cessez-le-feu total et la cessation des hostilités », ce qui entraîne la mort de personnes et la violation de règles simples nécessaires à l’existence et à la vie humaines.

« Le soldat arménien et les forces de maintien de la paix russes restent un moyen de dissuasion contre l’expansion des activités terroristes et génocidaires de l’Azerbaïdjan », a déclaré le bureau du procureur de la République d’Artsakh dans un communiqué.