Selon la légende, après la destruction d’Ani, une partie de ses habitants sont venus ici, rencontrant une source froide, et ont fondé une nouvelle ville à proximité, qui s’appelait Akn. Les Arméniens qui ont émigré ici d’Ani en 1300-1321 ont fondé leur quartier avec l’église Saint-Hakob.

Dans les temps anciens, Akn faisait partie de la région de la Petite Arménie. A l’époque moderne Akn a intégré tantôt la région de Karin, tantôt tantôt la région de Harput, tantôt dans la région de Sebastia. Au début du XIVe siècle, Akn était occupée par les Turcs. 

Les 3 et 4 septembre 1896, des bandits turcs attaquèrent Akn, et les Kurdes massacrèrent les villages arméniens environnants, pillèrent et incendièrent des maisons. 

Au cours des deux décennies suivantes, les Arméniens ont reconstruit la ville et la vie à Akn est devenue plus active. Durant le Génocide, Akn et les villages environnants ont été vidés d’Arméniens, dont la plupart ont rapidement été victimes de l’éxode. Selon les données de 1929, seuls 41 Arméniens sont restés à Akn.