DÉCLARATION 

L’ASSEMBLÉE NATIONALE DE LA RÉ RÉ- L’ARTIC 

DE LA RÉPUBLIQUE D’ARTSAKH

Le statut juridique actuel de la République d’Artsakh est le fruit de la volonté du peuple : trois référendums, la Constitution adoptée sur la base de leurs résultats et le consensus national obtenu par toutes les composantes de la nation arménienne au cours des années précédentes.

Les Arméniens de l’Artsakh sont bien conscients du prix de la paix. Le statut d’État de l’Artsakh, le droit de vivre librement et indépendamment dans sa patrie historique est une valeur absolue, et même la menace d’une guerre ne peut forcer un renoncement à cette valeur.

En soi, tout processus de négociation entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan avec un ordre du jour « pacifique » qui implique l’incorporation forcée de l’Artsakh à l’Azerbaïdjan, ainsi que la signature d’un document qui en résulte, porte atteinte non seulement au statut d’État de l’Artsakh, mais aussi au droit inaliénable des Arméniens de l’Artsakh de vivre dans leur patrie historique.

Nous exigeons que les autorités de la République d’Arménie abandonnent leur position destructrice actuelle et soient guidées uniquement par lesdites valeurs. Aucune autorité n’a le droit de consentir à un statut inacceptable pour l’Artsakh sous le prétexte de la « paix », ou d’abaisser la barre du droit internationalement reconnu à l’autodétermination dans le processus de négociation.

Au nom des Arméniens d’Artsakh nous nous adressons à

  • aux Arméniens de la diaspora – de soutenir leurs compatriotes d’Arménie et d’Artsakh dans cette juste lutte de manière consolidée et résolue ;
  • à nos collègues de l’Assemblée nationale de la République d’Arménie de ne pas s’écarter de la décision du Soviet suprême de la République d’Arménie du 8 juillet 1992 ;
  • aux dirigeants de la Fédération de Russie de ne donner à personne une raison de spéculer sur les problèmes qui surviennent au cours de cette mission de maintien de la paix extrêmement importante, afin de jeter le doute sur la sécurité future du peuple d’Artsakh ;
  • aux dirigeants des pays coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE – indépendamment de leurs divergences d’opinion – de s’efforcer de préserver le seul format mandaté au niveau international pour résoudre le conflit du Karabakh.

Stepanakert

14․ 04․ 2022