Selon le maire de la République d’Artsakh de Chouchi, Artsvik Sarkisian, si l’on a besoin de lui sur la place de la Liberté, il viendra d’Artsakh et se joindra à ceux qui s’y trouvent. « Je suis convaincu que les personnes présentes sur la place de la Liberté sont sur la bonne voie. Les masses zombies qui pensent que si des Azerbaïdjanais ont vécu en Artsakh, alors c’est une terre azerbaïdjanaise, doivent se purger de ces pensées et se rendre sur la place de la Liberté. Ils devraient se rendre compte que sans Artsakh, il n’y a pas d’Arménie et vice versa. Les gens doivent savoir que si aujourd’hui les habitants de l’Artsakh sont expulsés de leur lieu de résidence, demain ou après-demain ils seront expulsés, car le président de l’Azerbaïdjan déclare qu’Erevan, Syunik et Sevan sont des Azerbaïdjanais. J’ai dit un jour que l’église Saint Ghazanchetsots de Chouchi avait 50 ans de plus que l’Azerbaïdjan. Nous devons nous unir, mettre de côté nos différences et nous rassembler comme nous l’avons fait en 1988 », a déclaré Artsvik Sargsyan.