La littérature arménienne a connu d’importants changements depuis le milieu du XIIe siècle. Aux XIIIe-XIVe siècles, il a commencé avec les poèmes d’Erznkatsi, et plus tard, avec les grandes œuvres des poètes Baghdasar Dpri, Sayat-Nova, le chant d’amour arménien s’est perfectionné. Mkhitar Gosh et Vardan Aygektsi occupent une place particulière parmi les créateurs représentant ce nouveau courant. Au début du XIIIe siècle, en Arménie du Nord, sous le patronage de la maison régnante des Zakarian, la première compilation du droit séculier arménien, le « Livre judiciaire de Mkhitar Gosh », a été créée, où l’auteur a examiné les questions de théorie et d’application pratique du droit. Dès le Moyen Âge, le « Livre du Jugement » de Gosh a été traduit en latin, en polonais et en géorgien et a été utilisé pendant des siècles en Arménie Occidentale, ainsi qu’en Pologne, en Russie, en Géorgie et en Inde.

Laisser un commentaire