Après 42 ans d’absence, l’Arménien Erol Bostange a visité le quartier de Sur à Tigranakert, en Arménie Occidentale, où il est né et a grandi, et a été très déçu de voir leur ancienne maison en ruines. Selon lui, les nouvelles constructions ont détruit l’esprit des rues. « Plus rien ne me retient ici », a-t-il dit. Des personnes de différentes nationalités ont vécu ensemble dans la région pendant des siècles et les Arméniens étaient principalement concentrés dans une zone appelée « Gavur Mahalles ». Expliquant sa nostalgie, il résume sa déclaration : « Il ne reste pas un pouce de la vieille Sura, toutes les maisons sont détruites. Je ne peux pas respirer ici ».

Laisser un commentaire