Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a commenté la déclaration du président turc Recep Tayyip Erdogan selon laquelle une action militaire en Syrie « pourrait commencer soudainement ».

Selon M. Price, les États-Unis sont « profondément préoccupés par l’escalade potentielle de l’activité militaire dans le nord de la Syrie, en particulier par son impact sur la population civile. »

« Nous continuons à maintenir les lignes de cessez-le-feu existantes. Nous condamnons toute escalade qui pourrait la mettre en péril. Nous exigeons de toutes les parties qu’elles maintiennent et respectent les zones de cessez-le-feu et attendons de la Turquie qu’elle mette en œuvre la déclaration conjointe d’octobre 2019, y compris la cessation des hostilités dans le nord-est de la Syrie. Toute nouvelle attaque compromettrait davantage la stabilité régionale et mettrait en péril le succès durement acquis de l’opération contre Daesh », indique le communiqué.