S’adressant aux journalistes, le défenseur des droits humains de l’Artsakh Gegham Stepanyan a déclaré : « S’il y a un manque de courage au niveau européen pour parler du Haut-Karabagh et du peuple du Haut-Karabagh, il est naturel que le peuple de l’Artsakh manque de confiance dans ces négociations. 

En 1991, un peuple qui a créé un État, a déclaré son indépendance et a enduré cela. Oui, nous sommes en faveur d’une solution globale au conflit et cette solution doit inclure la reconnaissance du droit du peuple d’Artsakh à l’autodétermination.

Lors des négociations menées à différents moments, la partie arménienne a toujours été guidée par le principe d’un règlement global, qui est acceptable pour nous aujourd’hui. Nous pouvons compter sur les doigts de la main les cas où le porteur d’un conflit n’est pas représenté dans les négociations, c’est absurde.

Nous devons arriver au point où les représentants du peuple d’Artsakh prennent part aux négociations pour déterminer le sort de leur peuple », a-t-il déclaré.