Environ 110 inscriptions arméniennes anciennes ont été découvertes dans la péninsule du Sinaï.

Des inscriptions datant du 5e siècle prouvent que les Arméniens ont aimé voyager autour du monde dès le début. Selon Michael Stone, professeur à l’Université juive de Jérusalem, « le nombre et la répartition des inscriptions arméniennes sont étonnants.

À en juger par leur tendance à écrire des graffitis, les Arméniens étaient l’un des groupes de pèlerins chrétiens les plus actifs dans le Sinaï. Cependant, non seulement le nombre d’inscriptions est surprenant, mais aussi leur ancienneté. »

La plus ancienne inscription arménienne de l’Arménie Occidentale a été trouvée à Tekor, au sud-est de Kars, et date de 490 après J.-C.. L’un des plus anciens manuscrits qui subsistent est l’Évangile du roi Melké, datant de 862 après JC. 

Toutefois, sur la pierre tombale située sous la basilique catholique de l’Annonciation à Nazareth, où Jésus a grandi, on trouve une inscription arménienne datant de 447.