Le département d’État américain a publié la dernière édition de son rapport annuel sur la liberté de religion, qui analyse la liberté de religion dans les pays.

Dans la section du rapport consacrée à la Turquie, les pratiques du gouvernement en matière de libertés religieuses ont été critiquées.

Couvrant l’année 2021, la section turque du rapport indique que la constitution définit le pays comme un État laïque, prévoit la liberté de conscience, de croyance religieuse, d’expression et de culte, et interdit toute discrimination fondée sur la religion. Le rapport fait référence aux fonctions de la présidence des affaires religieuses, indiquant que cette organisation administre et coordonne les questions religieuses liées à l’Islam, et que sa tâche consiste à assurer la pratique de l’Islam, à fournir une éducation religieuse et à administrer les institutions religieuses.

Le rapport note que le gouvernement a continué à limiter les droits des minorités religieuses non musulmanes, en particulier les groupes non reconnus selon l’interprétation du traité de Lausanne, qui ne couvre que les chrétiens orthodoxes arméniens, les juifs et les chrétiens orthodoxes grecs.

En janvier, un parlementaire chrétien arménien a condamné la démolition d’une église arménienne du XVIIe siècle à Kütahya, protégée par la loi locale.