Dans une interview accordée à Sputnik Armenia, Ruben Melkonyan, turcologue et doyen de la faculté des sciences orientales de l’université d’État d’Erevan, a fait référence au rapport sur la Turquie présenté par le Conseil de l’Europe.

« Il y a plusieurs questions fondamentales dans le grand échange politique. Le génocide commis contre les Arméniens d’Arménie  Occidentale, les questions arméniennes ou kurdes sont très souvent évoquées pour faire pression sur la Turquie », a déclaré M. Melkonyan.

Selon lui, en comparaison avec d’autres structures, on peut noter la continuité de cette structure européenne, qui fait parfois référence à la question du génocide des Arméniens d’Arménie  Occidentale.

Se référant aux accents du rapport, le turcologue a noté qu’ils sont tout à fait corrects et clairs non seulement du point de vue de la reconnaissance du génocide, mais aussi du point de vue de la protection des structures culturelles arméniennes en Turquie.

« Ce document a au moins deux significations : premièrement, il affirme que la Turquie normalisera ses relations avec l’Arménie sans aucun recul ou étape positive sur le plan historique ; deuxièmement, il indique clairement que la soi-disant période de paix de la Turquie n’a rien à voir avec la réalité, même la Turquie d’aujourd’hui est un pays qui poursuit sa pensée anti-humaine et génocidaire », a déclaré Melkonyan.