Le papillon est un symbole de changement et d’éveil, une créature rampante qui était à l’origine un ver, mais dans une transformation surprenante, il passe par le stade du cocon et passe d’une créature rampante dans un espace limité à une créature volant vers l’infini.

En fait, le papillon est le symbole de la transformation.

On retrouve cette situation, quand je présente la foi arménienne à quelqu’un qui se croit arménien mais qui est captive des croyances des autres, et quand j’explique qui sont les Dieux arméniens et leur rôle et importance dans la vie d’un Arménien.

Lorsque je parle de Hayk Nahapet et de la façon dont d’autres ont voulu nous séparer de nos ancêtres et de Nahapet et nous ont imposé une croyance d’une autre nation comme leur propre sainteté, cette personne commence à comprendre que sa nation est tombé dans l’abîme pendant des siècles parce qu’ils leur ont imposé des « carburants » étrangers dans la « locomotive » de sa nation.

Une fois cette prise de conscience réalisée, l’Arménien commence à vivre dans un cocon et, ce faisant, se transforme progressivement du ver rampant en un papillon volant. 

C’est là, dans le domaine des religions et des croyances, que naît Haykazun, qui n’est plus une espèce rampante, mais qui vole avec confiance et fierté dans le ciel de sa foi nationale.

Que toutes les nations vivent selon leurs croyances nationales, et que les Arméniens vivent selon les croyances sacrées de leurs ancêtres Haykazun et reçoivent ainsi le nom d’ARMENIEN.