Un certain nombre de villages de la région de Shahumyan, dans le nord de l’Artsakh, ont été vidés de leurs habitants arméniens suite de l’opération militaro-policière « ring » menée par les troupes soviétiques et les forces spéciales de la milice azerbaïdjanaise entre avril et août 1991. 

Cependant, l’objectif de l’Azerbaïdjan était l’évacuation de la population et l’occupation définitives de Shahumyan, ce qu’il a réalisé en juin 1992.

Il y a 30 ans, dans la nuit du 12 au 13 juin, des dizaines de milliers de Shahumyatsi ont été déportés et dispersés dans le monde entier, sans jamais oublier leur patrie perdue et les atrocités qu’ils ont vues et vécues à cette époque.

La partie nord-est de la région de Shahumyan a une histoire ancienne et riche. 

Comme en témoignent les monuments anciens découverts dans la région, celle-ci est habitée depuis l’Antiquité. Aux 9e et 6e siècles avant J.-C., le territoire de la région était inclus dans le royaume de Van. Aux 4e-5e siècles avant J.-C., pendant la période Mets Hayk (Grande Arménie), les provinces d’Utik et d’Artsakh ont été incluses dans le territoire de la province de Mets Kuanq.

Jusqu’à la fin du XXe siècle, le territoire de la région était habité par les Arméniens, bien qu’il ait été occasionnellement conquis par des étrangers. La population arménienne autochtone a réussi à préserver et à développer sa propre écriture, sa littérature et sa culture.

 Au 14e siècle, les villages de Paris et de Gulistan ont été reconnus comme d’importants centres éducatifs.