Tout d’abord, je vous salue ainsi que la Présidente du Parlement d’Arménie Occidentale, Mme Harutyunyan, et vous remercie d’avoir tenu cette session.

Notre ministère a fait son travail.

Tenant compte des développements de ces derniers mois, nous avons envoyé des lettres officielles aux Nations Unies, au Groupe de Minsk, rappelant aux présidents de nombreux parlements les droits fondamentaux du peuple arménien.

Il faut rappeler que grâce aux grands travaux de Poghos Nubar, en 1920 34 États ont reconnu l’État d’Arménie, aujourd’hui Arménie Occidentale.

Cependant, les droits de l’Arménie Occidentale reconnue n’ont pas été confirmés.

La France a une grande responsabilité dans le cadre du Traité de Sèvres, car il a été signé en France et la ratification du traité de Sèvres est entre les mains de la France. Le Traité de Sèvres a été appliqué à un certain nombre d’États actuellement indépendants, à l’exception de l’Arménie Occidentale, et selon le « Traité de la réalité », une inégalité de traitement s’est manifestée dans cette région du monde.