À la suite de la guerre russo-iranienne de 1804-1813, le traité de Gulistan, signé entre l’Empire russe et la Perse le 12 juillet 1813, l’Artsakh, une partie du territoire de l’Arménie historique, ainsi que le Caucase du Sud-Est, sont annexés à l’Empire russe. 

De 1917 à 1920, le territoire de l’Artsakh faisait partie intégrante de la République d’Arménie, qui a été reconnue à partir du territoire de l’Arménie Occidentale pendant et après le génocide des Arméniens.

 À la suite de l’invasion de la 11e armée russe le 2 décembre 1920, l’Azerbaïdjan et l’Arménie Orientale sont respectivement soviétisés.

La même année, sur la base de la déclaration de la République soviétique d’Azerbaïdjan selon laquelle elle renonçait à ses revendications sur les « territoires contestés » et de l’accord de 1921 entre les gouvernements de l’Arménie soviétique et de l’Azerbaïdjan, l’Arménie a déclaré en juin que l’Artsakh faisait partie intégrante de son territoire.

Le 5 juillet 1921, une réunion du Bureau du Comité central russe, faisant fi de la résolution pertinente de la Société des Nations et de l’opinion du peuple selon laquelle il s’agissait d’un instrument démocratique pour déterminer les frontières entre l’Arménie soviétique et l’Azerbaïdjan, sous la pression directe de Joseph Staline et contrairement à la décision d’annexion, avec des violations de procédure, a décidé de la séparation forcée de l’Artsakh de l’Arménie, à condition de créer une autonomie nationale avec de larges pouvoirs au sein de la RSS d’Azerbaïdjan.

Ainsi, la plupart des territoires contestés ont été transférés à l’Azerbaïdjan soviétique.

Le 7 juillet 1923, la région autonome du Haut-Karabakh est créée dans une partie de l’Artsakh, et parallèlement, le Kurdistan rouge est créé artificiellement. La création de ce dernier avait pour but de supprimer la liaison terrestre entre l’Arménie soviétique et le Haut-Karabakh. En 1929, le Kurdistan rouge est aboli et la région est directement incorporée à la RSS d’Azerbaïdjan.

L’Arménie Occidentale considère que l’Artsakh fait partie de l’intégrité de l’Arménie et ne peut en aucun cas être reconnu comme le territoire d’un autre pays. Rappelons qu’une grande partie du territoire de l’Artsakh est actuellement occupée par l’Azerbaïdjan.