« Les relations avec les voisins doivent être améliorées, mais il y a des lignes rouges qui ne doivent pas être franchies », a écrit le ministre des Affaires étrangères de l’Artsakh, Davit Babayan, sur son compte Facebook.

« Nous avons dit à plusieurs reprises que ni le règlement des relations entre la République d’Arménie et la Turquie, ni les négociations sur le traité de paix entre la République d’Arménie et l’Azerbaïdjan ne peuvent être étendus au statut et au sort futur de l’Artsakh, car aucun statut au sein de l’Azerbaïdjan ne peut garantir les droits, la liberté et l’avenir de l’Artsakh », écrit Davit Babayan.

La Turquie occupe les territoires de l’Arménie Occidentale, et le peuple arménien de souche, qui vit toujours sur son territoire, vit aujourd’hui sous l’oppression. Le règlement des relations arméno-turques ne peut en aucun cas se faire au détriment de l’Arménie Occidentale tant que les territoires ne sont pas libérés de toute occupation et que le peuple arménien en exil n’est pas revenu sur ses territoires.