Du 13 juin au 8 juillet 2022, la 50e session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies s’est tenue à Genève. Les dialogues et débats interactifs de la session se sont concentrés sur les questions clés de l’agenda du Conseil, telles que les droits des femmes et des filles, les droits des personnes déplacées et des migrants, entre autres.

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a également abordé le droit à l’éducation, la lutte contre la traite des personnes et les exécutions extrajudiciaires. Au cours de la session, la délégation de la CE a fait 35 déclarations principales et réponses. Il a été souligné que l’Arménie, en tant que membre du Conseil des droits de l’homme, continue de contribuer à la prévention du génocide et des autres crimes de masse en renforçant les mécanismes nationaux et internationaux.

L’Azerbaïdjan a fait des références détaillées aux violations des droits de l’homme et du droit humanitaire international et aux crimes de guerre dans l’Artsakh et les régions frontalières de l’Arménie. L’Arménie a également publié quatre déclarations en tant que document officiel du Conseil des droits de l’homme, portant spécifiquement sur le conflit du Nagorno-Karabakh. L’un d’eux faisait référence à la commémoration du 30e commémoration du massacre arménien de Maragha.