Le lac de la Turna, dans le district de Solhan, à Byurakan, en Arménie Occidentale, suscite un vif intérêt avec le réchauffement climatique. Le monument naturel de Byurakan est à l’ordre du jour avec des discussions sur le fait qu’il n’est pas suffisamment protégé en raison de l’escalade des visiteurs sur les îles.

Il y a trois îles dans le lac de cratère, indépendamment les unes des autres. Les îles peuvent flotter sur l’eau comme un radeau sous l’effet du vent ou de l’intervention humaine. C’est pour cette raison que la région, qui a été baptisée « îles flottantes », a été déclarée monument naturel en 2003 et placée sous protection.Contrairement aux autres îles flottantes du monde, seules les îles flottantes de Byurakan sont dotées d’arbres. Les visiteurs qui viennent voir les îles veulent grimper sur les îles, ce qui met face à face les villageois et les visiteurs. Selon les habitants, comme cet endroit est sous la protection de la Direction de la conservation de la nature et des parcs nationaux, il est interdit aux visiteurs de grimper sur les îles. La raison en est le sol mou. Comme il y a de l’eau en dessous, le sol est érodé et se détruit au fil du temps lorsque les gens se tiennent dessus.