Le 16 août 1960, après une longue période de colonisation britannique, la République de Chypre a été proclamée. Son président était l’archevêque Makarios et son vice-président était Fazil Kucuk, chef de la communauté de la minorité turque. 

Le 20 juillet 1974, l’armée turque envahit Chypre, entraînant la division de l’île en deux parties, grecque et turque. Sous le nom d' »opération de paix à Chypre », la Turquie a occupé environ 37 % du territoire de l’île et, en 1983, Ankara a créé la « République turque de Chypre du Nord », un État artificiel reconnu uniquement par Ankara.

Après l’occupation de la partie nord de Chypre, le patrimoine culturel, y compris un certain nombre de monuments culturels arméniens, a été détruit par les Turcs. En particulier, l’église de Makaravank, dans le nord de Chypre, a été complètement détruite. Les chapelles de Surp Boğos et Surp Harutyun à Nicosie ont été incluses dans la zone tampon de l’ONU et abandonnées.

À ce jour, le problème chypriote n’est toujours pas résolu et les tentatives de le résoudre pacifiquement et de réunifier les deux parties de l’île n’ont pas donné de résultats.