Cérémonie en hommage aux 52 fusillés de la prison de Montluc
Chatillon d’Azergues 24 juillet 2022

Dans le contexte de l’été 1944, du fait de la réussite des débarquements de Normandie et de Provence, du soulèvement des maquis et de la libération progressive du territoire français, l’étau se resserre pour les Allemands positionnés à Lyon et Klaus Barbie organise la suppression massive des détenus de Montluc.

Entre juin et août 1944, 635 prisonniers extraits de Montluc sont exécutés.

Le 19 juillet 1944, 52 détenus de la prison de Montluc sont appelés « sans bagages », expression signifiant qu’ils seront exécutés.

Ils sont entassés dans deux fourgons et conduits au hameau du Pont-de-Dorieux où ils sont fusillés.

Les sources indiquent que les 52 fusillés furent exécutés à la mitraillette et achevés un par un, les têtes éclatéessous les balles de revolver ou sous les coups de crosse.L’état effroyable de certains corps ne permit pas leur identification.

Ce sont sur les lieux du massacre que fut inauguré le 7 octobre 1945 le monument commémoratif autour duquel le recueillement a lieu chaque année et en ce 24 juillet 2022 sous l’égide de la Municipalité de Châtillon d’Azergues et le Comité du Souvenir français et en la présence du Conseiller départemental M. Jean-Jacques Brun, du Délégué départemental du Rhône du Souvenir français M. Jean-Luc François, de représentants des Comités départementaux du souvenir français le Général Philipe Lafond (Anse), M. Yves Peysson (Bron) , de la Vice-Présidente de l’Association des Anciens Combattants et Résistants Arméniens et Ministre des Affaires étrangères de la République d’Arménie Occidentale son Excellence Mme Lydia Margossian et d’Associations de Porte-Drapeaux de Lyon et sa région.

Les résistants et otages détenus de la prison de Montluc étaient de multiples origines et parmi eux un arménien, M. Jean Berbatian, résistant des FFI (Forces Françaises de l’Intérieur) qui décide de s’engager dans le sabotage des chemins de fers et la distribution de tracts pour libérer la France de l’occupant allemand. Le 25 mai, il est arrêté par la Gestapo à Vienne lors d’une rafle et placé à la prison de Montluc. Le nom de M. Jean Berbatian figure sur la liste de tous ces héros arméniens d’Arménie Occidentale rescapés ou descendants de rescapés du génocide des Arméniens, morts pour la France. 

Tous poursuivaient l’idéal de Liberté proclamé par leGénéral Charles de Gaulle pour que la flamme de la résistance ne s’éteigne pas.

Sur cette photo : M. Alain Palandjian, Porte-drapeau de l’Association des Anciens Combattants et Résistants Arméniens, Général Philippe Lafond Comité départemental du Souvenir français de Anse, Mme Lydia Margossian Vice-Présidente de l’Association des Anciens Combattants et Résistants Arméniens, M. Jean-Jacques Brun Conseiller Départemental (Rhône).
Chatillon d’Azergues 24 juillet 2022

http://www.anciens-combattants-armeniens.org/morts-pour-la-france-next.htm

Laisser un commentaire