Le ministère turc des affaires étrangères a condamné la visite du président de l’Assemblée générale des Nations unies, Abdullah Shaheed, au mémorial du génocide des Arméniens.

« Les personnes représentant les organes autorisés des Nations unies doivent agir conformément au droit des Nations unies et aux normes et règles juridiques internationales, en particulier la convention des Nations unies de 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide. Nous condamnons et rejetons les tentatives de falsification des faits historiques et du droit international par le biais de spéculations politiques.

En outre, il a été noté que la visite de Shahid en Arménie aurait été utilisée comme « un outil pour les thèses unilatérales arméniennes ». Le rapport indiquait également que l’on attendait une action plus prudente et responsable de la part de Shahid, qui avait assumé une position qui devrait être juste et impartiale, comme celle de président de l’Assemblée générale des Nations unies.

L’Arménie Occidentale est douloureusement consciente que la Turquie a une fois de plus activé les canaux internes de la peur ou du chantage, ce qui a eu pour effet d’occulter une fois de plus le génocide perpétré contre les Arméniens. Nous condamnons ce comportement de la Turquie et exigeons de faire face à la vérité. Les outils actuellement utilisés dans le contexte de l’Arménie Occidentale et du génocide sont très dangereux et pourraient menacer l’ensemble de l’humanité.