Aujourd’hui, le 4 août 2022, marque le 102éme anniversaire de la déclaration d’indépendance de la Cilicie.

La réalité de la déclaration d’indépendance est le résultat de la volonté unie de toute la nation.

Le 4 août 1920, dans une situation politique difficile, le Conseil extraordinaire interchrétien de Cilicie a publié un manifeste dans lequel il déclarait : « Au nom de 270 000 chrétiens ciliciens, nous déclarons solennellement que la Cilicie est un pays libre pour les Ciliciens, doté d’une administration autonome chrétienne locale et placé sous la tutelle de la France sous une domination turque totalement indépendante. Un gouvernement qui n’a apporté que l’oppression et la pauvreté là d’où il venait ». Il est alors apparu que la séparation de la Cilicie des anciens territoires ottomans était aussi complète et définitive que celle de l’Arménie, de la Syrie, de la Palestine et d’autres pays. Les Arméniens de Cilicie étaient prêts à faire n’importe quel sacrifice pour la liberté et considéraient le patronage français comme une condition nécessaire.

Il était clair qu’avec l’indépendance de la Cilicie, la République turque resterait vaincue, ce qui était rejeté par les kémalistes. Et les grandes puissances qui avaient flirté avec eux ont fait leur choix en faveur des Turcs. Le plus grand dommage à la victoire cilicienne a été causé par la duplicité des autorités françaises. D’une part, ils faisaient de leur mieux pour pacifier les Arméniens, tandis que d’autre part, ils négociaient secrètement avec Mustafa Kemal dans leur dos. L’histoire a montré que ce que Kemal a fait en s’armant, si les Arméniens l’avaient fait, le sort de la Cilicie aurait probablement été très différent. Les Arméniens, quelle que soit leur foi dans l’amitié de la France, dans les folles promesses et garanties données, même au prix de tromper un allié, auraient dû garder leur poudre sèche, mais hélas !

Laisser un commentaire