Depuis le 1er août 2022, la partie azerbaïdjanaise a mené des opérations militaires agressives dans différentes directions de la République d’Artsakh, en utilisant des armes de différents calibres, des lance-grenades, des drones de frappe. Le militant des droits de l’homme de la République d’Artsakh, Gegham Stepanyan, en a parlé sur sa page Facebook. « Tout cela se passe alors qu’un cessez-le-feu a été établi depuis novembre 2020 par l’accord des parties et que des forces de maintien de la paix russes ont été introduites en Artsakh pour assurer le calme pour la population de l’Artsakh. Cela montre que la paix en Artsakh n’est pas correctement établie, et que la partie azerbaïdjanaise ne remplit pas les obligations contractées par la déclaration, utilisant chaque opportunité possible pour forcer des concessions sur telle ou telle question. Les habitants de l’Artsakh luttent une fois de plus seuls pour défendre leurs droits.

Les médias internationaux ne se taisent pas une minute sur les conflits qui se déroulent dans d’autres parties du monde ; les organisations internationales font des déclarations, affichent leur soutien indescriptible ; et le peuple d’Artsakh, qui est engagé dans une lutte directe contre la dictature azerbaïdjanaise depuis des décennies, est ignoré. Chers partenaires des structures internationales, en raison de votre inconsistance, de vos actions qui ne vont pas au-delà de la discussion sur le conflit dans le domaine de l’expertise, l’Azerbaïdjan se sent impuni et a recours à toutes sortes d’imprudences. Est-il possible d’être guidé par un double standard aussi ouvert, est-il possible d’être aveuglé par des intérêts politiques et d’ignorer les gens et leurs droits ? », a écrit M. Stepanian.