La colline de Karahan comprend des monuments anciens tels que Portasar, qui figure sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Pour cette raison, la colline de Karahan est appelée la sœur de Portasar-Göbeklitepe.

La colline de Karahan a été découverte pour la première fois en 1997, mais la première étude systématique a été réalisée en 2000 et a révélé la présence d’écoulements d’eau en forme de bassin creusés dans les rochers, ainsi qu’un nombre important de lances, de perles, de fragments de bol en pierre et de pierres à aiguiser. La découverte de pointes de flèches en silex ou en obsidienne et d’autres artefacts suggère que, contrairement à la plupart des établissements néolithiques basés sur l’agriculture, les habitants survivaient principalement grâce à la chasse ou à l’élevage. Les découvertes indiquent également que la zone a été occupée pendant la période néolithique (10 000 – 6 500 av. J.-C.).

Des investigations ultérieures ont révélé des similitudes entre la colline de Karahan et la couche 2 de Portasar. Par exemple, 266 colonnes architecturales en forme de T et des reliefs d’animaux : serpents, insectes, oiseaux, têtes de lapins, etc. Dans la zone plus large, des maisons circulaires et des bâtiments cérémoniels avec un grand complexe rituel ont également été découverts.