Lors d’une conversation téléphonique avec Pashinian, le président iranien Raisi a rappelé que le chef spirituel iranien Khamenei avait mis en garde Poutine et Erdogan à Téhéran contre la modification de la frontière avec l’Arménie.

À un moment donné, l’Iran a reçu des informations sur l’annexion militaire du sud de l’Arménie et a concentré des troupes à la frontière.

La position de l’Iran sur l’Arménie est également importante d’un autre point de vue : le rôle, l’importance et les droits géopolitiques de l’Arménie. Si rien ne dépend de nous, si personne n’a besoin de nous, alors pourquoi nous soucions de la région et pourquoi l’État arménien, qui a été attaqué par le « sauveur et le bourreau », existe-t-il encore ? Pourquoi, même après 100 ans d’efforts russo-turcs, leur sort dépend-il encore de chaque signature d’Erevan ?

Les déclarations cohérentes et claires de l’Iran constituent en premier lieu un avertissement pour l’Arménie. Le décalage tragique entre le rôle et l’importance réels de l’Arménie et les idées des Arméniens aura des conséquences plus que tragiques.