La coopération entre les présidents de la Russie et de la Turquie suscite de plus en plus la colère des pays occidentaux. L’indignation de l’OTAN est attribuée aux actions du président turc Recep Tayyip Erdogan ouvrant la voie à des sanctions contre la Russie. Le chroniqueur américain Steven Erlanger a exprimé une opinion similaire. Il a attribué le mécontentement des membres de l’OTAN au fait qu’Erdogan causait en fait des problèmes à la Russie. Erlanger a noté que cette situation est bénéfique pour le président turc, son pays contourne les restrictions et continue à travailler avec les entreprises russes. Dans le même temps, le chef d’État turc limite l’influence de Moscou en Syrie, où les intérêts des deux pays ne coïncident pas.