Si l’Azerbaïdjan se considère comme le successeur légal de la République d’Azerbaïdjan de 1918-1920 et ne reconnaît pas l’URSS à l’intérieur de ses frontières, on peut rappeler que le Nakhitchevan a été donné à l’Azerbaïdjan sous l’URSS, il doit donc être rendu aux Arméniens. Le célèbre cartographe Ruben Galchyan a déclaré à NEWS.am.

Il a rappelé qu’en 1918-1936, il n’y avait pas d’enclaves en Arménie et que l’URSS les avait créées.

« Tout ce qui a été remis par les autorités soviétiques doit être rendu aux Arméniens », a déclaré M. Galchyan. L’expert a rappelé une fois de plus que le document sur la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan a été ratifié dès 1969 sur la base des cartes de l’état-major général des forces armées de l’URSS. « Les Azerbaïdjanais ont sérieusement progressé depuis cette frontière jusqu’en Arménie, dans les régions de Sevlich, Shroj, David-Bek. Tant qu’ils n’auront pas retiré leurs troupes au-delà de la ligne frontalière, un document que l’Azerbaïdjan lui-même a ratifié, nous ne devrions pas entamer le processus de démarcation et d’abornement », a-t-il souligné.

L’Arménie Occidentale, guidée par la décision d’arbitrage du Traité de Sèvres, demande également à l’Azerbaïdjan et à la Turquie, pays occupants, mais aussi à la communauté internationale de respecter leurs engagements et de libérer les territoires arméniens qui ont été occupés ou annexés par des pays hostiles.