Le 25 août, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a annoncé la nomination de Philip Reeker, un diplomate expérimenté, au poste de conseiller principal pour les questions relatives au Caucase.

Cette décision a été suivie d’une autre déclaration non étayée du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères, affirmant que « …les tentatives de relance du Groupe de Minsk, virtuellement désintégré, pourraient entraîner le retrait des États-Unis du processus de normalisation des relations entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie ». Le ministère azerbaïdjanais des affaires étrangères a également déclaré que « le conflit du Karabakh a été résolu », ajoutant que lier la résolution des relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan à la question du Haut-Karabakh « ne contribuera en rien à la résolution de ces relations ».

Se référant à la déclaration azerbaïdjanaise, Vedant Pantel, le vice-président du Bureau des affaires publiques internationales, a souligné que le secrétaire d’État américain Anthony Blinken avait nommé Philip Reeker « en tant que conseiller principal pour les négociations dans le Caucase afin de souligner notre engagement en faveur de la paix dans le Caucase du Sud. En tant que pays, nous cherchons à promouvoir un dialogue direct avec l’Azerbaïdjan et l’Arménie sur le plan bilatéral et multilatéral, et en travaillant avec des partenaires partageant les mêmes idées, afin de parvenir à un règlement de paix global entre les deux pays ».